Copie_de_diner_Catherine_d_c_06_32

Sculpture éphémère

post-dîner pralinesque chez Kashyle.

  Le bloggeur culinaire est une espèce assez récente, mais en voie d’expansion ; le nombre de spécimens serait à ce jour de 600 ; son étude n’a pas encore été très poussée, mais nous pouvons vous livrer quelques caractéristiques générales.

  En ce qui concerne son aspect physique, on ne peut vous donner de détails précis, en raison justement d’un comportement spécifique à cette espèce, qui consiste à se cacher, parfois derrière un dessin, ou un emblème, en adoptant qui plus est parfois un pseudonyme, afin d’être sûr de n’être reconnu par personne lorsqu’il sort de son repaire. Certains sont moins secrets, mais leur nombre est trop insuffisant pour pouvoir en tirer les caractéristiques générales propres à cette espèce. La seule constatation que nous pouvons faire est la sur-représentation de l’espèce femelle, mais quelques spécimens mâles se sont malgré tout distingués.

  L’habitat est varié, nous ne constatons pas de zone géographique privilégiée, mais le lieu est choisi en fonction d’un impératif absolu : le bloggeur doit avoir la possibilité de se connecter à Internet. Ceci est une des spécificités majeure, il semblerait que le bloggeur puisse survivre sans cette connexion, uniquement quelques heures pour certains (mais peut-être s’agit-il là d’un comportement pathologique), quelques jours pour d’autres, l’exemple de plusieurs mois sans périr DSC01317n’a pu être constaté jusqu’à présent. Le bloggeur peut devenir particulièrement revendicatif s’il a la malchance de devoir partager son ordinateur avec un être non-bloggeur.

Si le bloggeur est obligé, de par sa vie « hors écran », de s’éloigner de sa connexion habituelle, il fera tout pour en chercher une nouvelle, à l’endroit où il se trouve, afin de survivre et de signaler sa présence par des messages, voire un billet.

Moelleux_patate_douce_tonka_cr_me_mi_mi_1C
Le bloggeur culinaire est un être délicat et fragile, se nourrissant exclusivement de mets fins etCopie_de_diner_Catherine_d_c_06_25 soigneusement mis en scène : ainsi, il privilégiera les crevettes, les noix de Saint-Jacques, les verrines, salées comme sucrées, les cuillères, les petits fours et, de manière générale, les petites quantités. Point de grosses daubes, ou alors de manière fort exceptionnelle ! En revanche, les plats exotiques sont les bienvenus.

Copie_de_diner_Catherine_d_c_06_17 Nous étions chez Kashyle.

momo_10Nous avons constaté également que, par intervalles, tout un groupe de bloggeurs peut se mettre à cuisiner le même plat, et donc, supposons-nous, à manger le même plat également. Tout récemment, un groupe de 81 avait compulsivement bataillé et étalé de la pâte pour former des ravioli.

Leur cas est également remarquable de par leur comportement avant la prise alimentaire : lorsque le bloggeur a cuisiné, il n’apporte pas, grossièrement, le plat sur la table, en attendant que chacun se serve et commence à se sustenter. Une telle attitude n’est réservée qu’à ces barbares que sont les non-bloggeurs ; non, le bloggeur compose les assiettes en cuisine –ou au moins une, une enquête supplémentaire seraitcr_me_Kabocha__tofu_s_same__chanterelles_5C nécessaire. Commence ensuite une séance photographique, plus ou moins longue selon le plat à photographier, la luminosité de la pièce, l’habileté du photographe –il peut s’agir du bloggeur ou d’un membre proche. Le bloggeur peut parfois choisir de partir dehors avec son assiette, non pour manger isolé, mais pour peaufiner la qualité de la prise photographique. Certains rares spécimens dessinent ou bien étalent ce qu’ils vont déguster sur leur scanner ; mais de tels comportements ne sont pas généralisés. Cette analyse comportementale nous autorise à affirmer que le bloggeur et son entourage mangent donc souvent froid, tout au moins tiède. Parfois également, nous avons constaté que le bloggeur mange en biais ; ou alors, seule la photographie est en biais, mais il nous faudrait pour cela pousser notre étude.

pain_d__pices_2C

  Considérons maintenant les centres d’intérêt du bloggeur.
L’individu bloggeur se caractérise souvent par des placards surchargés de vaisselle ; nous constatons que cette situation semble s’aggraver en liaison avec son temps d’existence blogosphérique. Ceci est sans nul doute en rapport avec les mini versions ou, au moins, versions individuelles, que seules le bloggeur accepte d’ingérer, ainsi qu’au fait qu’il ne peut se nourrir qu’un nombre limité de fois dans une vaisselle identique. Le bloggeur sera donc perpétuellement en quête de nouveaux récipients ou ustensiles improbables.

Copie_de_diner_Catherine_d_c_06_10  Copie_de_DSC04556

Le bloggeur tend d’autre part à être quelque peu monomaniaque, en cherchant sans cesse de nouveaux produits, de nouvelles recettes, de nouvelles façons de faire ; cela le pousse parfois à se rendre coupable de lectures secrètes de magazines culinaires variés, chers et encombrants à stocker ; ou bien encore, il surfe sur Internet à des heures indues ou alors que d’autres obligations plus urgentes l’attendent.

Nous noterons une dernière particularité de det individu : il semble considérer comme hautement intéressant de montrer aux autres ce qu'il voit de sa fenêtre, sa cuisine ou son sapin de Noël, de révéler ce qu'il est écrit à la 7ème ligne de la page 12 du livre situé à 1,50 m de lui, ou d'apprendre au reste du monde comment il petit-déjeune ou bien comment se déroulaient ses repas lorsqu'il avait 8 ans.

Bon, j’arrête cette ébauche d’étude ! Vous vous êtes reconnu(e)s ? Moi, en tout cas, oui !

Mais sommes-nous vraiment une espèce nuisible ? Nous sommes en général inoffensifs, poussons des cris d’admiration sur les blogs des autres, cuisinons avec amour pour les personnes qui vont déguster nos petits plats, prenons ensuite du temps pour partager nos trouvailles, nos réussites,  consacrons même parfois des soirées à confectionner avec beaucoup d’attentions des colis pour des personnes qui,  jusqu’alors, nous étaient parfaitement inconnues … et tout cela nous fait plaisir !!! Alors pourquoi se priver ?!!

Et, mieux que tout, des rencontres tout d'abord virtuelles peuvent devenir réelles, et toute une bande d'ami(e)s se former. Et que font des bloggeuses qui se rencontrent ? Elles cuisinent, elles font les folles, elles photographient, elles mangent, elles jacassent, et ... elles font un blog !!! (Pralines et graton bien-sûr !) Pfff ... on n'en finit pas !!!