Copie_de_DSC05683

  Soirée déjantesque pralinée samedi soir, ou déjantée pralinesque, selon votre préférence…
Mille merveilles de bouche, pour accompagner l’ambiance surréelle ! Ne comptez pas sur moi pour tout vous énumérer, ni même pour vous décrire l’ambiance, je crois que nul être humain normalement constitué ne pourrait y parvenir ! Quand deux Pralines (J’ai nommé Ringo Churros et La Sieste) s’allient pour nous concocter une soirée digne deuxCopie__2__de_DSC05672 ambassadrices, dans un appartement d’ambassadeur, d’ailleurs, et que la bande des Pralines et Grattons au grand complet, agrandie de deux recrues de choix, (Dominique et Le Gone), et d'une invitée d'honneur (notre Praline belge : Mitsuko) rivalisent de créativité et de générosité pour se montrer à la hauteur de l’événement, cela donne … cela donne … il fallait le vivre pour le croire !!! Un festival digne d’un grand traiteur ! Et même encore mieux que ça !

Rien, vous n’aurez rien ! Ni doggy box gargantuesques, ni même de photos ! L’instant était trop magique pour ne pas en profiter pleinement à 100% ! Donc impossible de se voiler les pupilles derrière un objectif, de s’occuper les mains avec autre chose que les mille délices à notre portée, et de consacrer un seul neurone à autre chose que de tenter de suivre les mille et une conversations !

Pour vous consoler quand même, car je comprends bien que cela doit être très dur pour vous de ne pas en être, je vous livre ici une de mes contributions à cette soirée d’anthologie : Le halva de carottes.

Cuisine et voyage oblige, il fallait bien que je fasse un peu voyager mes comparses ! Nous voici donc de nouveau en Inde, avec un nouvel halva, mais qui n’a pas de rapport gustatif avec le Halva au caramel, hormis la gourmandise avec laquelle il a été avalé !

Copie_de_DSC05686Halva signifie tout simplement « confit » (du moins d'après mes souvenirs ! Mais je voulais vérifier sur internet, et je n'ai pas trouvé la traduction de ce mot hindi ; si je suis dans l'erreur, n'hésitez pas à me le signaler !) ; ici, il s’agit donc de carottes tout doucement confites dans un mélange de beurre (du bon beurre cru artisanal), de sucre blond et de lait ; pour une fois, je n’utilise pas ici de lait végétal, car il doit réduire, un peu comme dans une confiture de lait, tout en se gorgeant du parfum sucré des carottes et de la cardamome, que l’on aura pilée juste avant. J’insiste sur ce dernier point, car la cardamome est une épice qui perd absolument tout parfum lorsqu’on l’achète en poudre ; elle n’a alors plus que le goût de poussière (ce qui n’est pas le cas pour la cannelle, par exemple). Donc prenez vraiment la peine de la décortiquer et de la piler juste avant, cela fait une vraie différence.

Je suis en tout point la manière indienne, sauf pour la touche finale : mon petit truc secret pour qu’il se tienne mieux est de rajouter, 5-10 mn avant la cuisson, 2 grammes d’agar-agar ; comment ça, ce n’est pas indien ! Oui, c’est japonais, et alors ? Vivent les mariages inter-culturels !

Le halva de carottes fait partie des desserts de fête en Inde ; il faut bien admettre que sa préparation est un peu longue, mais le délice que vous obtenez vaut bien ce petit effort !

Une dernière recommandation : ne le gâchez pas en le dégustant glacé, cela lui fait perdre beaucoup d’onctuosité et de parfum.

Pour 45-50 bouchées :


1 kg de carottes râpéesCopie_de_DSC05675
250 g de beure ou de ghee
1 l de lait entier (de vache, c’est ici indispensable, car on va le faire réduire)
250 g de sucre blond
50 g de noix de cajou non salées ou de pistaches, non salées également
20 g de raisins secs
1 cuillerée à café de graines de cardamome pilées
1 sachet = 2 g d'agar-agar

Chauffer la moitié du ghee, mettre les carottes râpées et remuer le mélange pendant environ 20 mn.
Ajouter le reste du beurre, le lait, le sucre, les raisins secs, la cardamome et remuer à feu assez vif pour faire réduire.
Le dessert est prêt lorsque le mélange a épaissi et qu'il se décolle facilement de la casserole.
Cela prend environ une heure.
10 mn avant la fin de la cuisson, prélever une petite quantité de liquide, délayer l’agar-agar dedans, et l’incorporer dans la casserole. Remuer soigneusement.

Verser alors dans un plat la préparation, pour qu'elle refroidisse et prenne, dans un plat à gratin (à titre indicatif, les dimensions du miens étaient de 19 X 26 cm internes), dont le fond aura été chemisé d'une feuille de papier sulfurisé.
Découper ensuite en bouchées une fois refroidi.


Dégustez à température ambiante : le halva sera beaucoup plus onctueux, goûtu et moelleux si le mélange n’est pas glacé.