DSC01213

 Lorsque la Turtle m’a appris qu’elle me passait le relais pour répondre à ce questionnaire (elle même répond ICI), j’ai été prise d’un frisson, et je me suis d’abord dit que c’était hors de question ! Beaucoup trop intime, pas possible ! C’est beaucoup plus anodin de dire que, dans une autre vie, on souhaiterait être un potimarron Kabocha, une maracudja ou du macis ! Comment ça, je me trompe de questionnaire ? Ben oui, mais celui de la Turtle, je ne l’avais pas vu venir ! Il m’est tombé dessus comme ça, sans prévenir, alors qu’en plus, j’étais en sevrage bloggesque depuis au moins quatre jours, pour cause de travail intempestif !
Le premier choc passé, je me suis dit que de toute façon, c’était quand même moi qui décidais ce que je voulais dévoiler ! Et puis, comment refuser quelque chose à notre Turtle nationale ?! Alors on y va !

1967 : C’est moi, j’arrive ! C’est au Maroc, où je passe ma première année. Non, je n’y ai pas vécuTha_lande_2003 suffisamment longtemps pour considérer ce pays comme le mien. Mes parents ont adoré y vivre quelques années, j’ai personnellement été très déçue lorsque j’y suis retournée, il y a quelque temps. Tourisme de masse, avec tous ses dommages collatéraux, d’autres choses encore qui m’ont fortement déplu, je préfère ne pas m’y attarder … En fait, j’ai été blessée de ne pouvoir aimer inconditionnellement ce pays, où mes parents ont été heureux, où je suis née.

1972 : Naissance de ma petite sœur, je suis aux anges, et aussi fière que si je l’avais faite moi-même ! Nous sommes en DSC01095Guyane, c’est un moment paradisiaque de ma vie ; la Guyane, c’est chez moi ! Ne serait-ce qu’en écrivant ce nom, l’émotion monte et m’étreint le cœur. Je revois tout, je ressens tout, cette chaleur moite, cette végétation tellement luxuriante, les bananiers ou les amaryllis de notre jardin, ces bruits caractéristiques de la jungle –un mélange de sifflements, hurlements, crissement extraordinairement sonore des insectes- , les racines qui courent et s’enchevêtrent, la piqûre des fourmis rouges, les « gros-yeux », la vase si douce si douce, la plage truffée de crabes courant en tout sens certains soirs, les nuits sous le carbet, le Kourou avec tous ces morphos qui volent autour de nous, les cœurs de palmiers juste étêtés et divinement bons, mes premiers amoureux… vous avez compris que je suis intarissable, je pourrais continuer toute la nuit sans me lasser !

1987 : Changement de décor ! Radical ! Paris, je suis en khâgne à Fénelon ; khâgne lettres classiques, pour intégrer Normale Sup, rue d’Ulm. Une formation extraordinaire, qui vous arme culturellement et intellectuellement, un peu à la dure évidemment ! On n’est pas là pour flâner ! Alors non, je n’ai pas intégré, car je n’ai jamais été prête à mettre ma vie personnelle totalement entre parenthèses pendant quelques années. Mais je ne regrette absolument pas d’être passée par là, connaissances, méthode et culture sont acquises  pour la vie.

1992 : Une période sombre de ma vie ; je vais très mal, même si je peux encore le cacher pour l’instant.
JeDSC01302 travaille depuis peu de temps dans l’éducation nationale, dans le 93. Absolument pas formée à rencontrer de tels élèves ! Il faut apprendre en direct, et rapidement de préférence !!
Un laser de lumière vient déchirer ce tableau : le Pakistan, un éblouissement ! C’est mon premier vrai voyage d’aventure, dans un pays qui, aujourd’hui encore, est vrillé dans mon cœur. Un pays dur, par ses habitants, ses paysages, mais magique aussi, qu’on ne peut oublier. La KKH, karakorum highway, l’ "autoroute" la plus haute du monde, constamment coupée par des éboulements, le Khyber Pass, près de la frontière afghane, Peshawar, Lahore, la vallée des Kalash, animistes dans ce monde musulman intégriste, Karimabad, un oasis de douceur dans les contreforts de l’Himalaya …

1997 : 26 avril, pour être précise ! Je le sais, c’est marqué dans ma bague ! Mon chéri et moi nous marions ! Eh oui, vous avez bien compté, cela fait dix ans ! Oui c’est pour toujours, et oui c’est l’homme de ma vie ! Quelles questions !
C'est l'année où nous allons en Syrie pour la première fois, et en Jordanie. Nous sommes tellement tombés amoureux de la Syrie que nous y sommes retournés quelques mois plus tard ! Quant à la Jordanie ... le désert du Wadi Rum, Madaba, le mont Nebo, la Mer Morte, Pétra, où nos alliances ont eu leur baptême du feu (rayées à force de crapahuter partout ! Mais ce sont des rayures nobles !).

2002 : Le Sri Lanka, un coup de cœur absolu. Nous y retournerons, c’est sûr. Ses Bouddhas taillés dans la roche, qui sortent de la montagne, absolument sublimes, les dames de Sigiriya, Ella et ses plantations de thé, la plage aux tortues, comme en Guyane, la Perahera de Kandy : lors de la pleine lune de juillet, tous les éléphants du Sri Lanka convergent vers cette ville, progressivement ; le dernier jour de la semaine, ils sont si nombreux, tout caparaçonnés, que leur parade, qui comprend aussi acrobates et jongleurs de feu, met la nuit entière à parcourir la ville. Le Sri Lanka et ses splendides pierres précieuses … je me souviens avec un serrement de cœur de ces pauvres hères de la mine de Lavinia … quelle misère … quand on pense à ce que ces pierres deviennent !

DSC00973

2007 : C’est l’année de tous les changements ! Un blog, la rencontre des Pralines et Grattons, qui sont beaucoup plus que des bloggeurs et bloggeuses dans mon cœur, bientôt un bébé, un petit Kazakh ou un petit Ukrainien, nous saurons bientôt, un changement professionnel, pour m’adonner au mieux à ma passion, et vivre plus en accord avec nos idéaux.

2012 : Nous avons deux enfants ; notre Dôme ne désemplit pas, tout le monde accourt, de France et d’ailleurs, pour se ressourcer dans ce cadre extraordinaire, et tombe sous le charme de ma cuisine végétarienne. Evidemment, une place toute spéciale est toujours réservée pour la bande lyonnaise des Pralines, qui viennent le plus souvent possible, seules ou à plusieurs ; lorsqu’elles sont là, elles font souffler un vent de folie tellement particulier, qui étourdit et emporte tous les hôtes !  Et on a bientôt un grand voyage de prévu, en prenant tout notre temps, avec nos enfants évidemment ; quelle meilleure école de la vie ?

 
Je ne sais à qui passer la main ! Qui le veut parmi les Pralines, même si vous avez déjà été invitées ! Ou peut-être Claude-Olivier ?