De nouveau un long moment sans billet, mais nous avons encore eu affaire à une petite blague de la vie, avec un accident qui aurait pu être beaucoup plus grave pour Raymond ; deux côtes et deux vertèbres lombaires fracturées, une fort jolie cicatrice le long de la colonne vertébrale … lui aussi voulait ses broches et vis personnelles !! Résultat, une Valérie overbookée de travail, voilà pourquoi mon blog crie famine ;-)

Tout d’abord, je voudrais dire un grand merci à tous ceux qui ont pris des nouvelles et nous ont soutenus, nous avons été très touchés, même si nous n’avons pas encore eu le temps de répondre à tout le monde.

sept_2009_084___Copie

 

Alors, pour nous remettre de tout ça, je vous propose un pur moment de gourmandise : des sandesh habillés en karums !

 

C’est une recette que j’ai imaginée à Kiev l’année dernière, pour retrouver les karums de Riga que j’aimais tant. Vous ne savez pas ce que sont les karums ? Ce sont de délicieuses douceurs que l’on trouve dans les pays baltes, et notamment en Lettonie : un rectangle de tvorog légèrement sucré, enrobé de chocolat. Dégusté tout frais, c’est un pur régal !

Quel rapport avec le sandesh, me direz-vous ? C’est qu’actuellement je suis en France, donc pas de tvorog à tous les coins de rue, donc il faut faire preuve d’astuce. Le tvorog peut parfois se remplacer par de la Brousse ou du Brocciu, mais pas ici, car le résultat ne serait vraiment pas assez ferme ; une seule solution, confectionner du panir, qui sera servi ici en sucré, comme justement dans le sandesh indien. La différence est qu’ici je n’utilise pas d’épices, et que je fais un enrobage de chocolat.

 

Pour environ 24 karums :sept_2009_077___Copie


300 g de tvorog

Environ 4 cc de miel

 

Enrobage :


150 g de chocolat au lait

 

 

Malaxer à la main le tvorog et le miel, jusqu’à obtenir une pâte homogène et douce. Façonner de petites boules.

 

Si vous ne disposez pas de tvorog, il vaus faut confectionner du panir, comme je l’explique ici.

Pour cette recette, on doit obtenir 300 g de panir pour deux litres de lait, il ne faut pas égoutter davantage.

Il faut également malaxer à la main le panir, afin de le rendre bien homogène et « doux ».

 

Tempérer le chocolat (cette technique permet d’obtenir un chocolat brillant et craquant), et enrober le tvorog ou panir au miel.

 

Réfrigérez … et dégustez !